Contenu | Menu

Valeurs EM Strasbourg
Autres sites
Valeurs EM Strasbourg

L’éthique en entreprise : un enjeu partagé avec les collaborateurs

Publié le 18 octobre 2017, Mis à jour le 24 octobre 2017

Jamais auparavant, dans l’histoire contemporaine, la question de l’éthique n’avait été autant sous surveillance estime le Dr Aline Pereira Pündrich, enseignant-chercheur à l’EM Strasbourg. Associations de citoyens et de consommateurs, défenseurs de l’environnement et des droits de l’Homme, etc. ont placé sous le feu des projecteurs le comportement des entreprises et des organisations où qu’elles soient, quelle que soit leur taille. Ils ont été aidés en cela par la caisse de résonance des réseaux sociaux et par la mondialisation qui bénéficie aux entreprises sur le plan économique, mais ne les épargne pas en cas de ‘dérapage’ sur le plan éthique.

Aline Pereira

Aline Pereira

Ce phénomène est, à n’en pas douter, un progrès notable de nos sociétés : les comportements déviants des organisations ne peuvent plus passer inaperçus. Certaines l’ont bien compris et, par conviction ou réalisme économique, ont pris les mesures pour corriger leurs erreurs ou pour accélérer les mesures qui allaient déjà dans le bon sens.

Mais si les entreprises et organisations sont visées pour ce qu’elles représentent, il est essentiel de ne pas oublier qu’elles sont avant tout constituées d’hommes et de femmes, cadres dirigeants, managers intermédiaires et collaborateurs, et que c’est avant tout sur ces êtres humains pris un à un que repose la question de l’éthique. Leur comportement au quotidien, dans leurs relations interpersonnelles, dans leurs rapports avec leurs fournisseurs et dans leur sensibilité à l’environnement, « fabrique » l’éthique globale de l’entreprise.

Dans ce contexte, l’individu est en première ligne. Mais l’entreprise, en tant que personne morale, ne peut pas non plus se dédouaner de toute responsabilité : quelle que soit sa taille et l’espace géographique sur lequel elle opère, son rôle est de mettre en place le cadre et les conditions de travail qui permettent à chacun de tendre vers une éthique irréprochable faite de morale, de tolérance et de respect de l’autre. L’éthique vient donc se cristalliser autour des questions liées à son organisation (gouvernance, valeurs, projet d’entreprise…) et au comportement des salariés qui la composent.

Il ne faut pas non plus négliger l’influence du contexte culturel, car le degré d’éthique n’est pas apprécié de la même façon partout dans le monde. Ce point fait entrer en jeu les clients de l’entreprise, les consommateurs : quel niveau d’éthique exigent-ils de leurs marques favorites ? Quel prix sont-ils prêts à y mettre ? L’expérience nous enseigne que les opérations de boycotts que l’on constate parfois en Europe contre certaines marques de prêt-à-porter tiennent rarement dans la durée, même si elles obligent ces dernières à faire évoluer leurs pratiques. En revanche, l’exigence des consommateurs en matière d’alimentation –traçabilité, produits sains, rémunération du producteur- fait avancer les choses de façon durable : le bio, nettement plus accessible et répandu aujourd’hui qu’il y a 10 ans, en est la preuve.

La bienveillance, l’honnêteté et la probité sont trois des principales caractéristiques de l’éthique. Elles ne sont pas incompatibles avec la réussite économique. Je crois sincèrement que les entreprises aujourd’hui, sans doute ‘incitées’ par le risque en termes d’image et de bad buzz sur les réseaux sociaux, en prennent la mesure. Avec leurs salariés… eux-mêmes consommateurs et acteurs du marché.
Partagez ! Recommandez !

Liens directs
Suivez-nous
EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex, France
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion