Contenu | Menu

Valeurs EM Strasbourg
Autres sites
Valeurs EM Strasbourg

« Nous avons peut-être moins d’égo que les hommes »

Publié le 6 décembre 2016, Mis à jour le 6 décembre 2016

Passionnée par le transport, la logistique et par les hommes qui font ces métiers, Corinne Hisiger, Directrice générale de Geodis Strasbourg, a construit sa carrière dans cet univers très masculin et nous livre les clés de sa légitimité patiemment construite.

Comment êtes vous arrivée dans le transport et la logistique ?


Par hasard ! Après une première expérience infructueuse à l’université, je me cherchais un peu et j’ai arpenté les Zones industrielles autour de chez moi, en Lorraine, pour rencontrer les entreprises et identifier les métiers qui recrutaient. Je suis tombée sur une entreprise de transports qui m’a accueillie sur une journée. Après un DUT et l’Ecole supérieure des transports, j’ai été embauchée et je n’ai plus quitté ce secteur depuis 25 ans.


C’est pourtant un monde très masculin. Comment y avez-vous trouvé votre place en tant que femme ?


C’est effectivement un métier d’hommes. À mes débuts, le fait d’être une femme, qui plus est ayant fait des études, a pu faire l’objet de remarques. On me surnommait « l’ingénieure » ! La chance que j’ai eue, c’est que mon patron à l’époque m’a fait découvrir tous les postes de l’entreprise : une occasion rare d’acquérir une expertise et une expérience qui m’ont beaucoup servie. J’ai gagné en assurance et en crédibilité. Maintenant, tout n’a pas toujours été simple : j’ai aussi connu une expérience où chacune de mes décisions était remise en cause et contestée aussi bien par mon supérieur que par mes équipes. Il fallait que je fasse mes preuves en permanence. Cela a contribué à m’endurcir, à me forger un caractère plus fort mais en gardant une forme de sensibilité féminine.


Justement, être une femme dans un métier d’hommes peut aussi constituer un atout…


C’est vrai. Une fois que vous avez gagné le respect, je pense que le fait d’être une femme peut faciliter les relations et favoriser le dialogue. J’ai beaucoup de respect pour chacun de mes collaborateurs, ce qui n’empêche pas –et je dirais même que cela permet- une grande franchise dans nos explications. Un vrai atout pour désamorcer les conflits, avec une capacité à rester sur les faits objectifs, en faisant abstraction des personnes. Enfin, je pense que nous sommes déterminées et centrées sur notre job plus que sur notre carrière… nous avons peut-être un peu moins d’égo que les hommes !


Quel conseil donneriez-vous à une femme qui démarre sa carrière ?


Je dirais, qu’importe le genre ! Il faut rester soi-même et vendre avant tout ses compétences, son savoir-faire et son savoir-être. Si dans certains métiers c’est plus compliqué, il faut oser, sans arrogance, pour briser le plafond de verre.
Partagez ! Recommandez !

Liens directs

Suivez-nous

EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion