Contenu | Menu

Valeurs EM Strasbourg
Autres sites
Valeurs EM Strasbourg

Développement durable

Atelier Achats responsables : une démarche nécessairement pragmatique

Publié le 13 octobre 2016, Mis à jour le 13 octobre 2016

Partie intégrante de la politique de Développement durable des entreprises et des collectivités, la notion d’Achats responsables a gagné du terrain sous la contrainte réglementaire. Mais c’est surtout sa pertinence environnementale et économique qui s’impose sur le long terme.

Les études sur le sujet sont unanimes : la plupart des entreprises augmentent les budgets consacrés à leur politique d’Achats responsables, et la demande de formation des acheteurs se fait de plus en plus importante. Une question d’image, de green washing ? « Non », rétorque Catherine Lafarge, consultante en Achats responsables et intervenante à l’occasion de la journée Développement Durable de l’EM Strasbourg. « En fait, il faut bien constater que beaucoup d’entreprises font du développement durable sans vraiment le savoir » explique-t-elle. Lorsqu’une entreprise intègre dans ses critères un paramètre relevant de la protection de l’environnement ou d’un engagement social, c’est déjà un achat responsable. « Par exemple, en exigeant que les bouteilles qu’elle commande à son fournisseur soient faites à partir de plastique recyclé, ou en choisissant un prestataire de services pour ses espaces verts qui pratique la réinsertion sociale ou engage des personnes handicapées », illustre Catherine Lafarge.

Une incidence économique positive à long terme


Outre son impact positif sur l’environnement et la société civile, cette approche peut avoir une incidence économique positive à long terme pour l’entreprise. « Lorsque vous changez d’ordinateur, vous pouvez choisir un appareil premier prix qui vous permet une économie à court terme, ou un ordinateur certes plus cher, mais qui aura une durée de vie plus longue, sera facilement réparable et qui consommera moins d’énergie » illustre la consultante. Les stratégies d’achats responsables ont par ailleurs un véritable effet levier sur l’éco-innovation. Par le chiffre d’affaires qu’elles génèrent, elles stimulent la capacité d’innovation et de création des entreprises, au bénéfice de leur image et de leur compétitivité.

Un élément de préservation de la biodiversité


Responsables, durables, ces politiques d’achats doivent être soutenues au plus haut niveau pour être efficaces. Pour définitivement trouver leur place dans l’entreprise, il est essentiel qu’elles fassent l’objet d’indicateurs de performance pointus et d’une communication suivie. C’est à ce prix que l’ensemble de ces initiatives prennent tout leur sens. Au même titre que la gestion des déchets ou la réduction de l’empreinte carbone, la politique d’achat a également un rôle à jouer pour la préservation de l’environnement et de la biodiversité, même s’il est indirect. « La biodiversité est une richesse et nous lui devons toute une série de services rendus à notre société et à nos entreprises » rappelle Philippe Ludwig, ingénieur-écologue. Et ils sont parfois stratégiques pour les entreprises : « l’eau de source est mise en bouteille, les abeilles pollinisent les végétaux et permettent de belles récoltes », énumère-t-il. Négliger cela, c’est courir le risque de voir son entreprise dans l’incapacité d’exercer son métier, ou encore de la voir sanctionnée par l’opinion publique, les ONG et les Etats.

Entre pragmatisme économique et vision au long terme


Certaines entreprises l’ont bien compris et sont engagées dans la sécurisation de leur filière à travers des politiques globales responsables incluant la protection des ressources, une juste rémunération des fournisseurs, etc. D’autres ont fait le choix de développer, autour de leurs usines, de véritables projets environnementaux qui ont l’avantage de fédérer les salariés. Une prise de conscience, certes mâtinée de pragmatisme économique, mais qui donne de l’espoir pour le long terme.
Partagez ! Recommandez !

Les intervenants

Catherine Lafarge.

Diplômée de l’EM Strasbourg, Catherine Lafarge a démarré sa carrière dans les achats pour la grande distribution et à l’étranger. Elle s’est formée aux Achats responsables en Angleterre avant de lancer, avec Procureco son activité de Conseil aux entreprises en Achats responsables.

Philippe Ludwig.

Ingénieur-écologue, titulaire d’un DESS Ressources naturelles et environnement de l’Université de Nancy 1, Philippe Ludwig a oeuvré dans le mécénat d’entreprise en faveur de la nature avant de créer Mon Jardin Nature, une société de conseil aux entreprises et collectivités dans la sensibilisation, la gestion et l’intégration de la biodiversité dans leurs politiques de développement durable.

Liens directs

Suivez-nous

EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex
PARTENAIRES
  
 
    Nos réseaux              Nos labels
Image de fond

Connexion